Les Banques Centrales pourraient-elles emettre de la monnaie numérique ?

Les Banques Centrales pourraient-elles emettre de la monnaie numérique ?crypto-monnaieblockchain

Les Banques Centrales pourraient-elles emettre de la monnaie numérique ?

Alors que la Banque des Règlements Internationaux (BRI) met en garde contre la possibilité pour les Banque Centrales d’émettre de la monnaie numérique car cela pourrait, selon son porte parole « déstabiliser l’économie mondiale »,  des chercheurs Coréens du Sud viennent d’annoncer qu’ils mettent au point une nouvelle blockchain sans registre baptisée « Purechain », destinée aux Banques Centrales afin de favoriser l’émission de monnaie numérique par les Banques Centrales.

Le groupe de chercheurs Sud Coréen composé de représentants venant  de l’Institut Supérieur  Coréen des Sciences et Technologies, de l’université Kyung Hee, de la société ICTK Holdings et de la start-up.

Techniquement, Purechain est une Blockchain sans registre qui crée des fonctions physiquement non clonables (PUF) et donc uniques à chaque semi-conducteur et qui permettent entre autres  d’identifier  ces semi-conducteurs. Selon les chercheurs, ces PUF permettront d’effectuer des paiements de pair à pair « à travers un consensus établi entre seulement deux nœuds », l’avantage étant une nette diminution des délais de transaction qui est propre aux Blockchains actuelles.

D’après ces mêmes chercheurs, ils ont trouvé le moyen de concevoir des fonctions PUF sans avoir besoin de codes correcteurs.  Le CEO d‘ICTK Holdings a d’ailleurs déclaré que « Purechain est la seule technologie PUF qui n’a pas besoin de recourir à des codes correcteurs. Les applications des PUF s’étendent depuis la Blockchain  en  passant par la sécurité de l’Internet des Objets  pour s’étendre jusqu’au processus de vérification des utilisateurs, et bien plus encore.

La finalité de ces chercheurs serait de mettre au point une blockchain qui pourrait-être utilisée par la Banque Centrale des pays qui envisagent de faire émettre des monnaies numériques à leur Banque Centrale et leur permettre ainsi de minimiser l’utilisation et la production d’argent liquide. Selon  Han Ho-Hyeorn professeur à l’université Kyung Hee, Purechain est « une technologie blockchain réaliste qui peut-être appliquée aux monnaies numériques »

Voilà le côté technique, mais est-il réellement envisageable pour les Banques Centrales d’émettre des monnaies numériques ? Les avis des spécialistes divergent à ce sujet.

Certains pays ont déjà décidé de sauter le pas. Ainsi, l’Angleterre envisagerait d’émettre dès cette année sa monnaie numérique et la Riksbank de Suède souhaite proposer une e-couronne. Pour Jens Weidmann, Président de la Bundesbank  « le fait de permettre aux épargnants de détenir des créances sur la Banque Centrale rendait leur liquidité plus sûre car une banque centrale est toujours solvable » il a cependant ajouté que « en cas de période d’incertitude économique, les citoyens voudront convertir  leur monnaie fiduciaire vers la monnaie numérique du pays, avec pour conséquence une préjudice subie par les banques commerciales qui seraient alors confrontées à des risques plus élevés de paniques bancaires »

Si Jens Weidmann est plutôt modéré dans ses propos, d’autres personnes se montrent plus radicales contre le fait qu’une Banque Centrale émette des monnaies numériques.

La Banque des Règlements Internationaux (BRI) par exemple, met en garde contre cette pratique qu’elle juge dangereuse par rapport à la « conséquence potentiellement désastreuse » que cette monnaie pourrait avoir sur système financier mondial qui repose aujourd’hui sur la monnaie numérique. Le Directeur Général de la BRI, Augustin Carstens  déclare à ce sujet que les actifs numériques constituaient « une menace pour la stabilité financière » et à propos des Bitcoins, il est encore plus dur en disant que c’est « une bulle, un ponzi et un désastre environnemental »

Klaus Löber, conseiller principal à la Banque Centrale Européenne et Aerdt Houben, directeur de la section stabilité financière de la Banque des Pays Bas, entre autres, se sont prononcés à ce sujet dans un rapport commun en déclarant que la monnaie numérique risquait d’entrer en concurrence avec la monnaie fiduciaire et provoquer ainsi une flambée des taux d’intérêt. Selon, eux le recours à l’émission d’une monnaie numérique par une Banque Centrale « soulèverait des problèmes fondamentaux qui vont bien au-delà des systèmes de paiement,  de la politique monétaire et de sa mise en œuvre »

Dans ce rapport, ces spécialistes mettent en exergues des craintes des mauvaises conséquences de cette pratique telles que l’accroissement de l’instabilité du financement des dépôts bancaires, une fuite rapide et en grande échelle vers la Banque Centrale en cas de période économique instable, renforcement de la présence des Banques Centrales dans les systèmes financiers, le risque étant que les Banques Centrales  subissent des pertes importantes si elles sont moins efficaces dans l’allocation des ressources que ne l’est le secteur privé.

Les commentaires à propos de cette actualité